L’édito du maire

Fr Home Page GB Editol

Votre maire
Guillaume Boudy

Jean-Pierre Respaut, adjoint au maire en charge de la Culture, n’est plus. Il a quitté le Suresnes qu’il aimait tant et pour lequel il avait consacré toute son énergie, avec l’élégance et la dignité qui le caractérisaient.
Jean-Pierre Respaut était d’abord un enfant de Suresnes, où il était né et avait grandi. Il aimait profondément sa ville, son histoire dont il était un connaisseur incollable, son patrimoine qu’il a défendu avec constance et plus encore sa mixité sociale, précieux atout de notre ville. Amoureux de sa ville, il n’en était pas un conservateur jaloux, mais accompagnait son évolution dans la modernité. Jean-Pierre était aussi un homme d’engagement pour sa cité, un politique au sens noble du terme, et un démocrate de conviction doté d’un goût bien français pour la dialectique et le débat d’idées, respectueux de ses contradicteurs. Après avoir été l’opposant historique de mon prédécesseur Christian Dupuy, l’homme de gauche avait su rallier une politique municipale qu’il estimait juste et porteuse des mêmes valeurs humanistes que celles qu’il défendait. L’intérêt général, celui des Suresnois, primait, comme la recherche de l’unité et de la concorde.

Jean-Pierre était aussi un homme de culture. Historien et enseignant de formation, il a conservé cette vocation de transmettre. Que ce soit dans son activité professionnelle à travers la création de Clio Voyages, issue de sa conviction que le voyage était d’abord découverte et apprentissage de la culture de l’autre ou dans l’exercice de ses fonctions d’adjoint au maire à la Culture, depuis 2008.
Arrêtons-nous un instant sur l’engagement sans faille et sans concession de Jean-Pierre en faveur de la diffusion de la culture auprès du plus grand nombre, en particulier ceux qui en sont les plus éloignés, par intimidation, méconnaissance ou découragement.
Il a défendu sans cesse les projets auxquels il croyait : la nouvelle école d’arts plastiques, la nouvelle médiathèque dans les hauts de Suresnes, le Théâtre Jean Vilar dont il a présidé le conseil d’administration, le MUS mais aussi le conservatoire de musique. Sans oublier la galerie Artcad, créée à son initiative pour accueillir les artistes et diffuser leur art, et que le Conseil municipal a décidé de nommer désormais « Galerie Jean-Pierre Respaut ».
Je me réjouis qu’il ait pu vivre la décision récente du Président de la République de rénover l’école de plein air, dont nous savons combien son sauvetage lui tenait à coeur et pour lequel il avait œuvré ardemment, commençant par le Globe terrestre rénové grâce à lui dans les règles de l’art.
Cet amour de la culture et cette soif de partage avaient été reconnus par le Ministre de la Culture et de la Communication qui l’avait fait chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

Tous ces dons, au sens étymologique du terme, reçus pour être partagés, s’ancraient dans une personnalité marquante, mélange d’intelligence vive et curieuse, capable d’analyses fines et justes, de curiosité et de soif de découverte, alliée à une sensibilité pleine d’élégance, cachée derrière un humour espiègle, sans rien perdre pour autant de sa chaleur latine, entretenue sans doute aux côtés de son épouse et par la passion qu’il partageait avec elle pour la culture ibérique.
Avec son départ, nous perdons trop tôt un ami de Suresnes et des Suresnois, un ami des arts, un ami de la belle politique et, pour beaucoup d’entre nous, un ami… un ami que nous n’oublierons pas.

Éditos antérieurs :

ALLER DE L’AVANT !

En savoir plus

Retour à la vie et au réel !

En savoir plus