LES NOUVEAUX VISAGES DE LA CULTURE

février 2020

  • Dossiers
  • LES NOUVEAUX VISAGES DE LA CULTURE

Deux temps forts marquent le début de l’année 2020 à Suresnes : la réouverture du théâtre de Suresnes Jean Vilar et l’inauguration d’un équipement culturel majeur à la conjonction des quartiers Cité-jardins et Mont-Valérien, regroupant une médiathèque, une école d’arts plastiques et une salle polyvalente pour les associations.

Textes : Céline Gazagne et Thierry Wagner

L’ouverture d’une médiathèque est un moment très marquant de la vie d’une ville, d’un quartier. C’est, certes, un lieu qui propose sur place à ses usagers des livres imprimés, des disques ou des journaux. Mais la
bibliothèque du XXIe siècle, devenue médiathèque, multiplie les contenus et les usages, sur place et à distance, à l’aide de dispositifs innovants, adaptés à tous les publics, quels que soient leur âge et sans élitisme. C’est un lieu d’accès à la culture ouvert à tous et à toutes, un lieu d’accès au savoir et à la connaissance, d’apprentissage et de découverte, et c’est aussi un espace d’échanges, de rencontres,  d’animation.

C’est la raison d’être de la médiathèque de La Poterie qui n’aura rien à envier à son aînée du centre ville, avec son fonds propre généraliste, ses collections particulières (vinyles, fonds lecture détente et fonds lecture accessible) et bien sûr l’accès aux collections des médiathèques de la Ville, qui ne forment qu’un seul réseau. Elle sera ouverte le dimanche matin et proposera un programme d’animation.

Pratique artistique

L’ouverture du centre culturel de La Poterie constitue par ailleurs un bouleversement -avec tout ce que le changement apporte de positif- pour l’école d’arts plastiques de la Ville qui a quitté la passerelle des Arts du centre ville pour de grands, très grands, et beaux nouveaux locaux : 700m2, des salles dédiées aux pratiques (une salle de fours, une salle de moulage, une salle de céramique, une salle des nouvelles technologies) et aux cours et la possibilité d’accueillir les classes des écoles suresnoises.

Les quelque 1000 écoliers rencontrés chaque semaine par les professeurs de l’école (lire notre reportage ici) pourront ici découvrir et expérimenter la pratique artistique dans les meilleures conditions. Que de changement dans la Cité-jardins… Cela ne se voit pas à l’extérieur alors il faudra se rendre au théâtre de Suresnes Jean Vilar pour comprendre en quoi les travaux spectaculaires réalisés pendant 9 mois permettent de faire évoluer et d’enrichir la programmation de ce lieu emblématique de la Cité jardins
et de son histoire.

Désormais, le théâtre dirigé par Olivier Meyer peut accueillir des spectacles aux décors ou dispositifs techniques plus grands, plus imposants et plus modernes grâce à la scène et aux coulisses agrandies. Dès le mois de mars, le théâtre accueille la Comédie française et Denis Podalydès pour Les Fourberies de Scapin de Molière. Enfin, le 1er février, la Cité-jardins a par ailleurs retrouvé sa Maison de quartier, fermée plusieurs mois pour des travaux de rénovation et la création d’un espace jeunes. À découvrir dans le prochain numéro du Suresnes mag.

 

 

Cliquez sur une image pour visionner la galerie en entière.

3 Questions à

JEAN-PIERRE RESPAUT,

adjoint au maire délégué à la Culture

Suresnes mag : Une nouvelle médiathèque voit le jour au moment où l’on fête les 20 ans de celle de la rue Ledru-Rollin. Qu’est-ce qui a changé entre-temps ?
Jean-Pierre Respaut : Depuis l’ouverture de la médiathèque centrale il y a 20 ans, le lot de nouveautés et d’innovations est impressionnant et singulièrement ces dix dernières années : ouverture le dimanche après-midi, boîte de retour, portage à domicile, un espace numérique, le compte lecteur en ligne, les automates de prêts plus récemment, médiathèque hors les murs en été… Le public sensible à cette évolution des services ne s’y est pas trompé : nous enregistrons près de 140 000 entrées par an, 250 000 documents empruntés et 11 000 personnes présentes aux animations. La bibliothèque des Sorbiers étant devenue trop petite au regard de sa fréquentation nous avons projeté l’ouverture d’une seconde médiathèque à la Poterie à la jonction de la Cité-jardins et du quartier Mont-Valérien.
S. M. : Pourquoi pas tout un tas de petites bibliothèques de quartier, de proximité, « comme avant » ?
J.-P. R. : L’évolution des pratiques ne conduit pas à la dispersion. À l’inverse, le public désire avoir accès à une offre la plus large possible, c’est pourquoi La Poterie sera reliée, avec les outils numériques d’aujourd’hui, au fonds commun des médiathèques de Suresnes. Ce nouvel espace permettra de multiplier les animations pour les publics adultes mais surtout enfants. Le personnel sera le même à la médiathèque centrale rue Ledru Rollin et à celle de La Poterie selon un planning tournant. Enfin la médiathèque Poterie sera ouverte le dimanche matin, jour du marché pour permettre aux familles un accès privilégié. Celle du centre-ville continuera à ouvrir les dimanches après-midi.

S. M. : Plus que d’une médiathèque, on parle d’un centre culturel à La Poterie. Pourquoi ?
J.-P. R. : Dans le même bâtiment se trouve la nouvelle école d’arts plastiques qui a quitté la passerelle du centre-ville pour des locaux beaucoup plus vastes et plus adaptés à la gamme des ateliers proposés. Les scolaires pourront être accueillis dans de bien meilleures conditions. Je suis certain que ce nouvel espace va se traduire par un regain d’intérêt pour les excellents enseignements d’expressions artistiques dispensés par l’école. Ce complexe dispose également d’une salle polyvalente à usage des associations.

 

Une médiathèque polyvalente et conviviale

Elle a ouvert ses portes le 21 janvier, allée Jean-Baptiste Lully, à l’intersection des quartiers Cité-jardins et Mont-Valérien.

Les habitués de l’ancienne bibliothèque qui était installée dans la Maison de quartier des Sorbiers (1) et tous les Suresnois ont pu découvrir ce jour-là et lors des journées portes ouvertes des 25 et 26 janvier ce nouvel espace flambant neuf, aéré, lumineux et adapté aux exigences d’une médiathèque d’aujourd’hui.

Car des étagères bien fournies optimisant l’espace au fil des années ne suffisent plus à satisfaire les lecteurs. On ne vient plus dans les bibliothèques uniquement pour y emprunter ou rapporter des ouvrages et bénéficier de conseils avisés. Elles doivent aussi être des lieux de loisirs, de jeux, de travail, de partage, d’échange, où l’on se sent bien à tout âge, et la tendance est à la fermeture des petites structures que l’on ne peut pas adapter aux nouveaux enjeux, à la convivialité, aux animations en lien avec les collections, à l’accessibilité. Plus de 10 000 documents, presse, livres, dvd et Blu-ray, disques vinyles, attendent les adhérents dans les 350 m2 de la nouvelle médiathèque.

« La bibliothèque des Sorbiers frôlait à peine les 130 m2 et ne proposait que de l’imprimé. À La Poterie, il y a plus de supports différents. Nous passons d’une bibliothèque à une vraie médiathèque, à 6 minutes à pied de l’ancienne bibliothèque », souligne Julien Pauthe, directeur de la médiathèque de Suresnes.

« La » médiathèque, car celle de La Poterie et celle de la rue Ledru-Rollin, qui vient de fêter ses 20 ans en janvier, forment un seul fonds commun de 100 000 documents accessible à tous. L’espace de La Poterie est plutôt aéré. L’aspect convivial y a été privilégié : un seul plateau avec les collections, l’accueil et les services, une salle polyvalente avec gradins pour des accueils de classes et de groupes et deux salles de travail équipées de matériel informatique. L’aménagement a été conçu conjointement par les agents de la médiathèque, les architectes de la Ville et le public.

« Plusieurs réunions auxquelles étaient invités tous les usagers, habitants du quartier, enseignants, ont eu lieu en 2018 aux Sorbiers, orientées non pas sur le contenu des collections mais sur l’aménagement intérieur de la future médiathèque, confirme Julien Pauthe. Cela nous a donné des pistes pour travailler sur la répartition des différents publics : adultes, enfants, scolaires, adolescents, seniors, et permis d’avoir leur ressenti sur la manière dont ils imaginaient une médiathèque dans leur quartier, quelle image elle devait renvoyer pour qu’ils se l’approprient. » Lors de ces réunions ouvertes à tous, chacun a pu s’y exprimer sur des propositions de coloris, de matières, les types de mobilier…

Le retour des vinyles… et du nouveau aussi

Le fonds de la Poterie, généraliste, propose trois fonds plus particuliers qu’on ne trouve pas encore à la médiathèque de la rue Ledru-Rollin : 400 disques vinyles neufs, un fonds « Lecture détente » qu’on appelle aussi « littérature Feel Good », et un fonds « lecture accessible » qui correspond à un nouveau label « Facile à lire, niveau de langue accessible » initié par le Ministère de la Culture depuis quelques années dans l’univers des bibliothèques…

Pas de doublons de titres entre les deux sites qui constituent un réseau en ville, un même catalogue, avec la même carte d’abonné et un système de réservation et de navettes permettant aux usagers de réserver des ouvrages et de les faire acheminer d’une médiathèque à l’autre comme cela était déjà le cas avec les Sorbiers ou le point relais pendant les travaux. On peut donc réserver sur internet ou sur une borne sur place et recevoir un sms quand le livre ou le document devient disponible.

Même le dimanche

L’ensemble de l’équipe de la médiathèque tournera au planning de La Poterie, nécessitant deux personnes sur place. « De même que le personnel est polyvalent sur tous les espaces de la médiathèque, explique le directeur, personne ne fait que la musique ou que le jeu vidéo ou le cinéma, tout le monde tourne. Cela permet à chacun de pouvoir renseigner les usagers sur l’ensemble du fonds. »

Les horaires d’ouverture seront plus étendus que ceux de l’ancienne bibliothèque des Sorbiers, de 23 heures par semaine à 31,5 heures hebdomadaires. Un avenant à l’accord de 2009 relatif à l’ouverture
de la médiathèque le dimanche après-midi, d’octobre à mi-juin, a été signé par la Ville avec les syndicats représentatifs du personnel communal afin d’ouvrir la médiathèque de La Poterie le dimanche matin, le quartier étant animé au moment du marché Caron. Un programme d’animation élaboré se développera aussi avec les associations et la Maison de quartier des Sorbiers. « Nous allons pouvoir accueillir dans de bonnes conditions des classes des écoles des quartiers du haut de Suresnes qui n’auront plus besoin de réserver des cars. Les enseignants devraient vite découvrir les lieux », se réjouit Julien Pauthe.

(1) La construction de la médiathèque de La Poterie a permis à la Maison de quartier des Sorbiers gérée par Suresnes Animation de récupérer l’espace de l’ancienne bibliothèque occupant une partie de son rez-de-chaussée et de s’agrandir : surélévation sur environ 200m2 pour création d’un espace jeuneS, de nouvelles salles d’activités et d’un jardin terrasse, et restructuration du rez-de-chaussée autour de l’implantation d’un ascenseur pour accéder à l’étage, répondant aux normes PMR (personnes à mobilité réduite).

10 allée Jean-Baptiste Lully

Tarifs carte annuelle (possibilité d’emprunter 20 documents par mois)
Les tarifs ne sont pas modifiés
Famille : 31 euros Adulte : 25 euros Membres de comités d’entreprises partenaires : 22 euros.12/25 ans, 65 ans et plus, retraités, demandeurs d’emploi, minima sociaux, portage à domicile : 10 euros Gratuit pour les moins de 12 ans 

En chiffres

7800: le nombre d’adhérents actifs . Mais la médiathèque est aussi ouverte à tous pour consulter, travailler, jouer aux jeux vidéo sur place

400m2. 2 salles fermées . 2 salles de travail en groupe.10 000 documents (livres, DVD, journaux)

Un nouveau fonds de 400 disques vinyles

 

 

Cliquez sur une image pour visionner la galerie en entière.

POURQUOI « LA POTERIE » ?

Le nouveau centre culturel de la Poterie occupe la partie inférieure d’un nouvel immeuble construit rue de la Poterie. La rue fut nommée ainsi en 1929 en raison de la présence d’une poterie à proximité (angle de l’avenue Jean-Jaurès et de la rue du docteur Marc Bombiger).
L’accès à la médiathèque s’effectue allée Jean-Baptiste Lully, voie privée de la résidence de la Tuilerie dont les rues portent des noms de musiciens.  (source : La belle histoire des rues de Suresnes, Société historique de Suresnes, 2013)

Médiathèque de la Poterie. 10 allée Jean-Baptiste Lully. 01 41 18 37 94
Mardi, jeudi et vendredi : 14h-19h Mercredi et samedi : 10h-12h30 et 14h-18h30 Dimanche (d’octobre à mi-juin) : 10h-12h30 mediatheque-suresnes.fr
Accès bus : bus 241, 244, 360, 160, 144. Arrêt Croix du Roy.

Où sont passés les livres des Sorbiers ?

La majorité des documents présents à la médiathèque de La Poterie sont neufs. Qu’est devenu le stock de la
bibliothèque des Sorbiers ? Il a été « désherbé ».

En langage de bibliothécaire, cela signifie qu’on y a fait un gros tri de tout ce qui était obsolète ou abîmé et conservé une petite partie de la collection des Sorbiers dans des cartons pendant les travaux de La Poterie. Les autres ont été offerts exceptionnellement aux gens du quartier pendant la fête des Sorbiers en mai dernier, avant la fermeture de la Maison de quartier pour plusieurs mois de travaux.

Habituellement, lorsque les bibliothécaires opèrent un désherbage pour faire de la place aux nouveautés, la Ville fait appel à une société d’économie mixte et solidaire, Recyclivre*, qui le met en vente sur son site Internet et reverse 10 % du  chiffre d’affaires à une association choisie par la Ville : Lire et faire lire.

* Recyclivre.com emploie principalement des gens éloignés de l’emploi en cours de réinsertion.

 

Coups de cœur lecture

« Ma formation d’historien me rend sensible aux écrits de Pierre Lemaître, auteur de Au revoir là-haut,
prix Goncourt 2013, qui a donné lieu à un film magnifique. Son dernier roman Miroir de nos peines qui
achève sa trilogie est un véritable plaisir de lecture. »

Jean-Pierre Respaut, adjoint au maire délégué à la Culture

« Norman n’a pas de super-pouvoir de Kamel Benaouda a séduit les collégiens et lycéens qui l’ont sélectionné et primé du prix du Salon du Livre Ado 2019. Et je les comprends parfaitement, Norman, est très attachant ! Il vit dans un monde où tout un chacun se caractérise par un super pouvoir… sauf lui. Désolé, et incompréhensif face à cette absurdité qui le touche, nous découvrons comment il va gérer avec ses amis ce phénomène.

Dans la catégorie adulte, c’est Cent millions d’années et un jour de Jean-Baptiste Andrea que je conseillerais. Nous suivons le rêve d’un paléontologue. Celui-ci a le fol espoir de découvrir « le » dinosaure qui propulserait sa carrière devenue poussiéreuse. Va-t-il monter une expédition? De son écriture ciselée comme la cime d’une montagne, Jean-Baptiste Andrea nous emmène dans une quête bouleversante. »

Sophie de Lamotte, conseillère municipale déléguée à la Promotion de la lecture

L’École d’arts plastiques prend ses aises

Spacieux, les nouveaux locaux sont propices à la création et à l’accueil des scolaires.

Dessin, peinture, modelage, céramique, infographie, photo, vidéo, histoire de l’art. Lundi 20 janvier, après un mois d’interruption, les 320 élèves de l’école d’arts plastiques ont retrouvé leurs ateliers. Plus tout à fait les mêmes, mais pas vraiment différents.
L’école d’arts plastiques occupe désormais des locaux voisins de la nouvelle médiathèque de La Poterie.  Les locaux conçus spécifiquement pour accueillir les ateliers et qui permettront de recevoir les élèves des écoles suresnoises et aussi le Club Gavroche dont c’est la nouvelle adresse.

« Je ne connais aucune ville dont l’école dispose d’un équipement de cette qualité. Ces locaux sont fabuleux : nous aurons trois fois plus de surfaces de travail mais ce n’est pas seulement une question de taille. Les espaces au volume exceptionnel ont été pensés en fonction de leur usage et c’est vraiment formidable. Ce lieu de travail est beau en soi, or sa qualité esthétique du lieu est propice à la création : ce n’est pas quelque chose anodin », s’enthousiasme Jean-Luc Degonde, directeur de l’école d’arts plastiques. « La nouvelle école permettra de regrouper les équipes mais également d’accueillir davantage d’enfants pour construire de très beaux projets sur le temps scolaire », souligne-t-il. Une histoire à suivre.

2 allée Camille Saint-Saëns. 01 41 18 18 73

EN CHIFFRES

4 salles dédiées : une salle de fours, une salle de moulage, une salle de céramique, une salle des nouvelles technologies (photo, informatique, vidéo, carnet de voyage, etc.).

3 salles de cours.5 professeurs. 320 adhérents 1 880 heures de cours (adultes, adolescents, enfants). 700 m2

Retrouvez ici le reportage sur l’Ecole d’arts plastique de Suresnes

Cliquez sur une image pour visionner la galerie en entière.

Re-découvrez votre Théâtre

Neuf mois de fermeture, neuf mois d’un chantier impressionnant pour élargir la scène et faire grandir le théâtre de Suresnes Jean Vilar.

Le 7 février, le théâtre de Suresnes Jean Vilar rouvre ses portes. Au programme, “Place au théâtre”, un spectacle interprété par une douzaine de comédiens et des invités prestigieux, qui puise dans les textes du répertoire classique et contemporain pour « dire l’importance, la joie et l’exigence du théâtre ». Neuf mois de travaux, et après ? A priori, pour le public de la salle Jean Vilar, l’opération est transparente…

Grâce à ces travaux, les artistes y seront mieux et plus confortablement accueillis : le plateau n’était pas très large et les coulisses réduites à la portion congrue. Une avant-scène redéfinie, un plateau qui passe de 7 à 14 mètres de profondeur, une scène large de 22 mètres (14 auparavant) ainsi que de véritables coulisses permettront de stocker des décors et des accessoires, faciliteront les entrées et les sorties de scène. Ces travaux ont permis une remise aux normes de sécurité et d’accueil des personnes en situation de handicap, spectateurs comme artistes.

Le public y gagnera donc aussi car ce théâtre nouveau format peut désormais répondre aux exigences techniques des spectacles d’aujourd’hui et présenter des grands spectacles. Ainsi, le Ballet de Lyon – dont Olivier Meyer rêvait de programmer la compagnie de plus de vingt danseurs – investira enfin le 7 juin le nouveau plateau avec trois pièces, dont deux signées du « maître » Jiri Kylian. (Voir aussi la programmation du mois ici )

16 place Stalingrad. Tél. : 01 46 97 98 10

C’est avec le même souci d’excellence artistique, de pluridisciplinarité, d’émotions esthétiques et de réflexions sur un certain état du monde que j’ai construit la programmation de la saison 2020 qui, bien que réduite par les travaux, est augmentée par les possibilités offertes par la nouvelle scène.

En effet, impossible auparavant d’accueillir, entre autres, la Comédie-Française et son jubilatoire Scapin mis en scène par Denis Podalydès, les jeunes danseurs d’IT Dansa, le George Dandin de Michel Fau ou le Ballet de Lyon.

Olivier Meyer, directeur du théâtre de Suresnes Jean Vilar

 

Retrouvez ici le programme de la reprise au Théâtre Jean Vilar

 

Place à l’excellence grand format!

par Christian Dupuy, maire de Suresnes

Le théâtre Jean Vilar est porteur d’une histoire glorieuse. Salle des fêtes de a Cité-jardins qu’Henri Sellier avait voulue emblématique de sa conception de l’urbanisme social, elle a connu les débuts de la direction du TNP par Jean Vilar, dans les années 50, le théâtre de Chaillot n’étant pas encore disponible. Lorsque j’ai été élu maire de Suresnes, ce théâtre était moribond et inadapté à l’évolution du spectacle vivant. J’ai souhaité lui redonner les moyens de sa mission culturelle.

C’est ainsi qu’en 1989 d’importants travaux de rénovation ont été entrepris pour redessiner tous les
espaces intérieurs du bâtiment et notamment la salle et la scène. À la réouverture en 1990, le nouveau
directeur du théâtre Olivier Meyer insuffla une dynamique multiforme à la programmation avec une
part importante de créations qui ne s’est jamais démentie depuis.

Le lancement deux ans plus tard, en 1992, du festival Suresnes cités danse a contribué à inscrire notre théâtre dans la modernité et l’ouverture à tous les publics. Olivier Meyer a cette capacité de découvrir des talents les plus divers dans tous les domaines du spectacle vivant : c’est une chance pour chaque spectateur potentiel de trouver dans la programmation du théâtre de Suresnes Jean Vilar des spectacles en adéquation avec ses goûts. Désormais, grâce à ces nouveaux travaux, cette volonté ne sera plus bridée par un espace scénique trop limité. Place à l’excellence grand format!

 

Cliquez sur une image pour visionner la galerie en entière.

Partagez l'article :