Quartier Liberté : un dynamisme à découvrir

avril 2021

  • Vivre
  • Actus
  • Quartier Liberté : un dynamisme à découvrir

Suresnes est riche de la diversité de ses quartiers. Le Suresnes mag ira donc à la rencontre de leurs habitants pour présenter leurs talents, leurs actus et décrypter ce qui bouge. Premier coup de projecteur sur le quartier Liberté.
Textes : Marina Bellot, Céline Gazagne, Thierry Wagner

Commerces de proximité, nombreux pavillons, calme et tranquillité… Vivre dans le quartier Liberté, c’est retrouver un esprit de village au milieu de la ville. Situé au nord-ouest de Suresnes, il offre des vues imprenables sur Paris et les villes avoisinantes.
Dans ce quartier à vocation résidentielle, c’est l’habitat individuel qui domine. En 2009, la création de la ZAC des Chênes a permis la construction d’immeubles de logements collectifs. Résidentiel oui, mais pas seulement car la présence d’équipements publics, d’associations débordantes d’idées et d’audace, l’appétence de ses habitants pour le bénévolat et l’écoresponsabilité en font sous ses allures discrètes un des quartiers les plus créatifs de Suresnes. Et si le commerce y est moins présent qu’en centre-ville, des enseignes se renouvellent, se créent et ce même en temps de Covid.

 

Liberté en chiffres : petit mais jeune et familial

Avec 6266 habitants, c’est le quartier le moins peuplé de la ville (13% de la population totale)
36% de ses habitants ont moins de 25 ans : le quartier Liberté est aussi le quartier le plus jeune
Avec 73 % de familles avec enfant(s), le quartier Liberté est celui où elles sont le plus représentées
On y trouve 37% de logements sociaux : après la Cité-Jardins, c’est là où leur proportion est la plus importante.
Source Insee

 

Mon quartier en trois mots
Sandrine du Mesnil, présidente du Conseil consultatif du quartier Liberté, adjointe au Maire en charge du Commerce et du Patrimoine communal

 

✱ Energies
Le quartier Liberté est méconnu mais très dynamique grâce aux initiatives de ceux qui y vivent et y travaillent. L’équipe municipale porte des objectifs et des engagements visant à le faire évoluer et le Conseil consultatif de quartier est une vraie force de proposition. Notre objectif est d’accompagner toutes ces énergies et ces bonnes volontés. Je pense aussi aux entreprises, malheureusement encore trop peu nombreuses dans ce quartier. La volonté de l’équipe municipale est de faciliter leur implantation à mesure que des locaux commerciaux se libèrent.
✱ Solidarités
Commerçants, habitants et associations sont très investis pour faire vivre la solidarité et l’entraide, comme en témoignent les diverses actions qui ont été mises en place lors du premier confinement en mars 2020. Ces initiatives spontanées sont extrêmement précieuses.
✱ Mixité
Le quartier Liberté est un quartier à la mixité équilibrée, avec une réelle proximité entre les habitants qui se retrouvent dans différents lieux – les écoles, les commerces et ce nouveau lieu de convivialité qu’est Le Carreau, dont tout le monde reconnaît l’apport pour la vie de quartier.

 

Aux Chênes, une offre de santé bientôt renforcée

Bien connues des habitants du quartier Liberté, la Maison de santé et la pharmacie des Chênes vont s’agrandir pour proposer aux administrés une offre de soins renforcée et innovante. Cet ambitieux projet accompagné par la Ville et Hauts-de-Seine Habitat verra le jour à la fin de l’année. « Cette extension est un projet sur lequel nous travaillons depuis longtemps. Elle va nous permettre à la fois d’augmenter l’offre de soins qui existe actuellement et d’améliorer la prise en charge des patients. Aujourd’hui, nous ne sommes plus en capacité de répondre à la demande », explique Juliette Pinot, médecin généraliste à la Maison médicale des Chênes. A terme, il y aura donc plus de professionnels de santé et l’offre de soins sera étoffée. La particularité de la Maison de santé c’est aussi, explique la généraliste, « de mener une vraie réflexion sur la manière de nous organiser et de permettre des prises en charge coordonnées et innovantes, non seulement dans notre structure mais aussi sur l’ensemble du territoire, en lien avec tous les autres professionnels de santé. »
Bruno Laurandin, le pharmacien voisin, détaille le projet : « La Maison de santé va occuper l’ensemble du rez-de-chaussée actuellement composé du local de la pharmacie et de celui du camion resto de Suresnes. J’ai de mon côté proposé à l’office HLM de réhabiliter l’ancienne poste pour en faire la nouvelle pharmacie des Chênes. L’ensemble du projet a été validé en toute fin d’année 2020. L’ouverture est prévue fin 2021. Ce projet est une bonne chose à la fois pour la Ville, pour l’office HLM, pour l’équipe médicale et surtout pour les patients. »

Créatif et dans l’air du temps

Entre les nombreux établissements scolaires, les structures sportives ou encore son tissu associatif très varié le quartier Liberté allie dynamisme et douceur de vivre dans un esprit village.

Il existe dans le quartier deux groupes scolaires : les écoles Pontillon et des Cottages, deux crèches municipales : Les Lutins et Bois Joly ainsi qu’une micro-crèche privée, La Girafe étoilée. C’est dans la rue Emilien Colin que l’originale Ecole de l’optimisme a choisi de s’établir : à la fois école Montessori pour les enfants de 2 à 12 ans et lieu d’animation pour les enfants et les adultes. Son mantra : « accompagner enfants et adultes sur ce chemin où chacun pourra prendre du plaisir à découvrir tout ou partie des ateliers proposés sur la relation à soi, la relation aux autres et la relation au monde. »
Avenue Franklin Roosevelt, l’équipe pédagogique inventive du collège Emile Zola accueille plus de 400 élèves. Enfin, c’est au coeur du quartier qu’est situé le lycée Paul Langevin, chef-d’oeuvre architectural inauguré en 1927.
Côté sport, le gymnase des Cottages accueille aussi bien le volley que la gymnastique d’entretien, les arts martiaux (judo, vo co truyen, tae kwon do, taï jitsu), la boxe thaï et la boxe française mais aussi des activités de l’école municipale des sports. Deux terrains de sport de proximité, rue des Bas-Rogers et dans la résidence des Très Bourgeois sont ouverts en accès libre. Quant au boulodrome de la place Marcel Legras, il contribue à l’ambiance village, comme la place qui l’accueille et son kiosque à musique.
Tous ces sites sont des lieux de rencontre pour les familles et contribuent largement à l’animation du quartier. On ne peut pas parler d’animation sans citer la Maison de quartier des Chênes, qui propose de nombreuses activités pour tous les âges et bien connue pour ses thés dansants d’avant la crise sanitaire.

Associations : développement durable, arts et solidarité
Il y a le bouillonnant Collectif solidaire des Chênes, créé en 2017 par des jeunes du quartier – et qui depuis ne cesse de faire des émules et de multiplier les actions, main dans la main avec d’autres associations de Suresnes: distribution de colis alimentaires, animations intergénérationnelles, insertion des jeunes.
L’association Eco-quartier Liberté Mont Valérien est née en janvier 2019 avec la ferme volonté de « préserver et améliorer la qualité de vie dans notre rue, notre quartier, notre ville pour participer à la transition écologique ». Elle est désormais incontournable quand on parle développement durable et éco-responsabilité à Suresnes. Laboratoire d’idées et véritable interlocutrice pour la Ville et les élus, cette association a contribué au projet de végétalisation du cimetière Voltaire et participe activement à la co-construction du Plan Vélo.

Jardins partagés et mobilité douce
L’association Cyclonade « pour la promotion de l’usage de la mobilité douce » dont une majorité d’adhérents sont des cyclistes habitant la quartier Liberté participe aussi au Plan Vélo.
Si la Ville a aménagé les jardins partagés du Belvédère, des habitants du quartier l’ont eux aussi fait de leur propre initiative : les Myosotis en Liberté, 15 parcelles individuelles et 4 parcelles collectives consacrées à la production potagère et à l’animation, la sensibilisation et la découverte du jardinage écologique. L’école Pontillon a aussi son potager.
Enfin, le quartier Liberté a vu émerger, de longue date ou plus récemment, de nombreuses associations à vocation artistique ou manuelle : Di Fe Pri (danse), Les artistes de Suresnes et Sculpture 2000 (arts plastiques), Le Studio Paris (danse), Point, zig zag et couserie (couture), Us et costumes (couture), Les Entre-Parleurs (théâtre)…

 

Adresses et contacts

Ecole de l’optimisme : 2 rue Emilien Colin, ecole-de-loptimisme.fr
Maison de quartier des Chênes : 5 rue L.R. Nougier, suresnesanimation.net
Collectif solidaire des Chênes : Facebook Collectif Solidaire des Chênes
Eco-quartier Liberté Mont Valérien : libertemontvalerien.org
Cyclonade : cyclonade.org
Myosotis en Liberté : lesmyosotisenliberte@gmail.com
Di Fe Pri : difepri.com
Les artistes de Suresnes : artistesdesuresnes.com
Sculpture 2000 : atelier-sculpture-2000.fr
Le studio Paris : le-studio-paris.com
Les Entreparleurs : lesentreparleurs.com
Us et costumes : Facebook Association us et costumes
Point, zig zag et couserie : pointzigzag.fr

Paul Langevin : un lycée ouvert sur le monde grâce aux langues

Situé rue Payret Dortail dans le quartier Liberté, c’est le lycée d’enseignement général de Suresnes. Paul Langevin est réputé pour son enseignement à caractère scientifique. Mais son offre en matière de langues vivantes est importante et va s’étoffer à la prochaine rentrée avec l’ouverture d’une section Bachibac, binationale espagnol-français. Depuis des années, le lycée propose à ses élèves deux sections européennes, l’une en allemand, l’autre en anglais. Paul Langevin est aussi l’un des deux seuls lycées du département à proposer le japonais, langue rare, en 3e langue vivante. L’année dernière l’éco-lycée suresnois a ouvert une troisième classe de seconde « euro anglais » pour satisfaire la forte demande d’élèves de bon niveau qui s’y présentaient.
Cette mention « euro » au bac constitue une plus-value importante et la classe « euro allemand » est également active. Question langues, on s’y entend donc plutôt bien à Paul Langevin, y compris en latin et en grec ancien. Le lycée va franchir un cap supplémentaire en septembre avec l’ouverture d’une section binationale espagnol-français Bachibac.
La section Bachibac permet de préparer simultanément le Bachillerato espagnol et le Baccalauréat général français. Les collèges de Suresnes proposent un enseignement renforcé de l’espagnol dès la 4ème afin de préparer les élèves à cette nouvelle section. Titulaires des deux diplômes, ils pourront s’inscrire de droit dans l’enseignement supérieur français ou espagnol et même avoir accès aux études de santé ou de sciences médicales en Espagne qui attirent chaque année de nombreux étudiants français.

Candidatures à la section Bachibac du Lycée Paul Langevin pour septembre 2021 : sélection des élèves sur dossier (téléchargeable sur le site Internet du lycée) et sur entretien.
http://www.lyc-langevin-suresnes.ac-versailles.fr/
Les dossiers complets doivent parvenir au service de la scolarité des élèves pour le 7 avril 2021.

Sylvie Melo : « les habitants qui s’impliquent font aussi l’identité d’un quartier. »

Sylvie Melo est née à Suresnes. Elle vit au coeur du quartier Liberté, face au square des Bels Ebats, dans l’appartement où elle a grandi. Elle est passionnée par l’agriculture urbaine, par le lien social et par la sensibilisation des enfants à la protection de l’environnement. Elle est actuellement présidente de l’association Eco-quartier Mont Valérien et a longtemps participé aux jardins partagés Les Myosotis en Liberté. Depuis 2 ans, avec son projet « De la graine à l’assiette », elle accompagne le groupe scolaire et le centre de loisirs des Cottages dans l’animation et la tenue d’un potager partagé.
« Oui, le quartier Liberté est un petit village, mais je ne l’ai perçu qu’à partir du moment où j’ai moi-même fait l’effort d’aller à la rencontre des autres, confie Sylvie Melo. C’est cet esprit d’entraide, cette envie de faire des choses ensemble que j’ai envie d’entretenir avec le projet de la Graine à l’assiette au sein de mon quartier et c’est aussi ce que nous essayons de faire avec l’association Eco-quartier Liberté Mont Valérien. »
Cette dernière, qui s’inscrit comme « un laboratoire d’idées pour le quartier Liberté mais transposables à toute la ville », porte des projets facteurs de biodiversité, en faveur des mobilités partagées, pour la sécurité des enfants, pour développer l’agriculture en ville, etc.
L’association a d’ailleurs déposé trois projets pour améliorer le cadre de vie du quartier à l’occasion du Budget participatif. « Mais ce que nous aimerions aussi, complète Sylvie Melo, c’est que plus de gens aient envie de venir jusqu’à nous pour participer à nos projets. C’est ainsi me semble-t-il que l’on construit aussi l’identité d’un quartier. »

Des commerces au coeur du quartier

L’esprit village se retrouve aussi chez les commerçants, dynamiques et proches des habitants. Tour de quartier, non exhaustif, des adresses emblématiques et qui ont récemment connu des changements.

Le Carreau, une histoire de coeur

Installé depuis février 2020 rue de la Liberté, Le Carreau, à la fois restaurant, bar et tabac, s’est imposé, grâce à la motivation sans faille de son couple de gérants, comme l’un des hauts lieux de convivialité du quartier. « Nous avons ouvert au pire moment. La crise sanitaire est toujours là… et nous aussi ! Mais la situation reste compliquée. Le tabac nous permet de travailler et nous continuons à proposer des plats à emporter, midi et soir. Nous avons la chance d’avoir des clients fidèles qui nous soutiennent. Nous sommes aussi très proches des autres commerçants, nous sommes tous dans le même bateau. Commerçants comme clients, nous n’avons qu’une hâte : la réouverture ! » Brasserie-tabac Le Carreau, 16 rue de la Liberté

 

Récemment c’est un Carrefour express rénové qui a remplacé le SPAR du quartier des Chênes, au 71 bis rue des Bas-Rogers. Ouvert de 8h à 18h du lundi au samedi
et de 8h à 13h le dimanche.

 

Hassan Arshad, un nouveau restaurateur

A 24 ans, Hassan Arshad vient d’ouvrir son troisième restaurant en Ile-de-France : c’est au coeur du quartier Liberté que le jeune homme a installé un établissement de restauration rapide à emporter : le 442, « un clin d’oeil au foot et à l’équipe du PSG ». Quant au choix de s’implanter à Suresnes, il ne doit rien au hasard : « De nombreux Suresnois sont des habitués de notre restaurant indien à Nanterre et ils nous ont fait remonter une forte demande de livraison à emporter dans leur quartier ». Le jeune restaurateur a conçu son nouveau commerce de restauration pour qu’il soit parfaitement adapté aux contraintes imposées par la crise sanitaire. « Nous avons rencontré les habitants et ils sont enthousiastes, se réjouit-il. Les jeunes, notamment, sont très demandeurs ! » Burgers, salades, tex mex… L’offre est adaptée à toutes les bourses, avec des tarifs réservés aux étudiants et des menus familiaux. Hassan espère créer rapidement un lien de proximité avec la population suresnoise et s’affirmer comme un acteur de la vie locale : « Nous adorons le contact avec les clients et si on peut aider en cette période de Covid, c’est avec grand plaisir », souligne le jeune homme, qui confie : « Si un jour je pouvais tout arrêter pour me consacrer à l’humanitaire, je le ferais volontiers ! ». Restaurant Le 442, 95 rue Voltaire, vente à emporter et en livraison.

 

Un nouveau boulanger pâtissier rue de la Liberté

Pierre et Josiane Pasquerault, qui tenaient la boulangerie pâtisserie de la rue de la Liberté depuis 13 ans, ont décidé de prendre une retraite bien méritée après une dernière fournée fin janvier. Les habitants du quartier n’ont pas été privés de pain trop longtemps puisque Brahim Dhaoui et son épouse ont rouvert le magasin le 9 février après deux semaines de travaux.
Rien ne prédestinait ce natif de Tataouine, en Tunisie, à devenir artisan boulanger. Arrivé en France en 2002 pour étudier maths et informatique à la faculté de Jussieu, il travaille d’abord pendant les vacances dans une boulangerie. Il apprend vite. « La pâtisserie est un bon virus,” sourit-il. Fini les maths, le jeune homme décide de suivre une formation à l’école de boulangerie pâtisserie artisanale du moulin de Ballan près de Tours, qu’il complète par de nombreux stages. Il travaille ensuite en boulangerie et pâtisserie à Nanterre, chez des traiteurs à Paris, Créteil, Saint-Mandé. En 2016, il achète La Baguette magique, rue des Chênes à Suresnes, un « Point chaud » de décongélation depuis 15 ans qu’il transforme en une véritable boulangerie, où on peut voir les artisans travailler.
A 38 ans, le nouveau boulanger pâtissier de la rue de la Liberté n’est donc pas un inconnu à Suresnes et il ne retient pas son enthousiasme. « Nous avons conservé le boulanger et la vendeuse, le pâtissier, lui, est parti à la retraite. Nous avons embauché une vendeuse et un pâtissier,” explique-t-il. Le nouveau pâtissier propose des gâteaux au goût du jour, avec moins de sucre et moins de gras », confie Brahim Dhaoui qui propose une nouvelle offre aussi en boulangerie avec de nombreux pains « spéciaux », en attendant la certification bio. Boulangerie pâtisserie, 14 rue de la Liberté. Du mardi au dimanche de 7h à 20h.

 

BH Centre coiffure

Lahoucine Elharim a repris le salon de coiffure de la rue des Chênes au mois de mars 2020. Après d’importants travaux, il a pu accueillir ses premiers clients dès la fin du confinement et s’est constitué peu à peu une clientèle fidèle, issue de toutes les classes sociales. « J’ai connu le salon par hasard car j’habite dans le quartier, témoigne l’un des habitués. Ça donne envie, c’est spacieux et aéré, et on y revient car le gérant est très sympa ! ». 58 rue des Chênes

 

Aux manettes de deux épiceries, Abdel Cubla s’investit dans la vie du quartier des Chênes qui l’a vu grandir.

 

 

 

 

 

C’est le meilleur des quartiers de Suresnes ! On a un esprit village, on connaît nos clients par coeur. Le secteur de la boucherie n’a pas été touché, contrairement, malheureusement, à d’autres activités. Il y a toujours eu une solidarité entre les habitants, qui a été renforcée par la crise du Covid. On est encore plus proches qu’avant.

Fabien et Suzette Pasquier, gérants de la boucherie Au boeuf gourmand, 14 rue de la Liberté.

Partagez l'article :