Elan de solidarité à Suresnes

mars 2020

Des restaurateurs livrent couscous ou pizzas, l’Hotel  Mercure accueille le personnel et les parents de patients, d’autres fabriquent des masques…  Parmi les Suresnois, les gestes de soutien se sont  très vite multipliés en direction du personnel de l’hôpital, mais aussi entre habitants.  Exemples…

Aurélie entretient la bosse des maths

Depuis le mardi 31 mars, Aurélie Defaux, chef de projet scientifique au sein d’une agence de communication spécialisée en santé, propose gratuitement des cours d’aide aux devoirs en mathématiques à distance. « L’idée m’est venue suite à l’appel d’une amie dont la fille, élève en classe de seconde, butait sur un exercice », explique la jeune Suresnoise originaire de Lille, qui donnait déjà des cours au lycée et durant ses études.

Elle décide alors de poster un message sur son profil Facebook, rapidement repris par la plateforme « Part’ages Suresnes », qui, comme son nom l’indique, diffuse les bons plans entre Suresnois. Son post trouve rapidement un écho.

Quelle forme prennent ces cours ? Le procédé est simple : les personnes lui fournissent l’exercice posant problème par mail ou via la messagerie instantanée de Facebook et Aurélie reformule l’énoncé, le reprend avec l’élève et partage ensuite la ou les solutions. « J’ai toujours aimé les mathématiques et suis ravie de pouvoir aider. » raconte la jeune femme, titulaire d’une double compétence en bio-technologie et santé et en gestion de projet scientifique. « Sans oublier que c’est l’occasion pour moi de renouer avec des formules qui remontent à un certain temps ! » raconte la jeune femme, enjouée. C.Q.F.D.

Retrouvez le post d’Aurelie ici :

Comme Aurélie, d’autres Suresnois proposent cette forme d’entraide. Pour en savoir plus : rendez-vous sur la page Part’ages Suresnes sur Facebook.

Mis à jour le 31 mars à 10h

Les couscous solidaires du Val d’or

Le Val d’or, restaurant familial de spécialités algériennes installé depuis 30 ans à Suresnes, se mobilise face au COVID-19. Depuis le début du confinement, l’établissement a livré gratuitement un assortiment de 100 couscous à base de bœuf, de poulet et méchoui (souris d’agneau) au personnel soignant de l’Hôpital Foch, ainsi qu’auprès du commissariat de la Police nationale, de la Police municipale et des pompiers.

« Notre activité est fortement impactée, mais nous restons ouverts de 9h à 22h, sans interruption. Nous tenions à être présents pour nos habitués et pour la ville, car la convivialité et l’entraide font partie intégrante de notre identité » raconte Mahdi, fils du propriétaire Amar Medjbeur.

Ne proposant pas de livraison à l’accoutumée,  Le Val d’or s’est adapté aux circonstances en acheminant des repas à Suresnes, Nanterre, Rueil-Malmaison et Saint-Cloud. L’établissement possède également un hôtel charmant, qui n’est pas en reste : 32 chambres ont été mises à disposition gratuitement pour les soignants de l’hôpital Foch, qui pourraient en avoir besoin dans le cadre de leurs missions, pendant les temps de pause ou pour leur offrir la possibilité de rester sur place durant cette situation difficile.

« Nous prévoyons de réitérer l’opération la semaine prochaine, en offrant des pâtisseries orientales, cette fois. » Un régal qui réchauffe le cœur.

Tout Suresnes applaudit nos soignants

A travers le pays, les Français sont de plus en plus nombreux à se mettre à leur fenêtre chaque soir à 20h pour soutenir les soignants en les applaudissant.

Dans tous les quartiers de la ville, Suresnes répond présent avec une pensée particulière pour le personnel de l’Hopital Foch, les malades et tous ceux qui travaillent pour assurer notre quotidien!

Avec l’aide d’une Suresnoise, Véronique Régnier que nous remercions de sa participation, nous avons compilé et monté vos marque de soutien dans une vidéo spéciale…

Les pizzas de Mourad Mauzelaf

Ça lui a pris comme ça, mardi 17 mars, 2ème jour du confinement. Mourad Mauzelaf, propriétaire de La Pizz, en centre-ville, a décidé de livrer -gratuitement- des pizzas au personnel de l’hôpital Foch en première ligne face au coronavirus. « Je viens d’une famille généreuse, alors je dois les aider c’est tout. Je suis très sensible à la situation d’extrême difficulté que traversent les personnes travaillant à l’hôpital. J’espère que ça leur donne un peu de force », explique-t-il très simplement.

Une fois le contact établi avec l’administration de l’hôpital pour définir les conditions de la livraison, le restaurateur se met au travail avec ses deux pizzaiolos. Peu après il livre 50 pizzas, sur rendez-vous et sans contact avec le personnel hospitalier bien sûr, même en étant généreux, la prudence est de mise.

Désormais, Mourad Mauzelaf a rendez-vous chaque mardi : tant que cela sera possible il livrera des pizzas à l’hôpital Foch.

Comme lui, de nombreuses personnes à Suresnes et ailleurs soutiennent l’hôpital Foch: boulangers, restaurateurs, hôtels…

« Nous sommes touchés par cette générosité, c’est réconfortant », commente Valérie Moulins, directrice de la Communication de l’hôpital.

L’hôtel Mercure, annexe de l’hôpital

Sa situation, au pied de l’hôpital, a fait de l’hôtel Mercure un lieu d’accueil idéal. Depuis le 1er jour du confinement, lundi 16 mars, l’établissement n’héberge plus que des patients, des parents de patients hospitalisés et du personnel de l’hôpital Foch, pour un tarif adapté aux circonstances.

« J’ai demandé à ma direction à ce que nous restions ouverts, pour être utiles si l’occasion se présentait », explique sa directrice Sandrine Jouot.

 

Les 47 chambres ne sont pas toutes occupées, cela change tous les jours. « La moitié du staff est malheureusement en chômage technique », regrette la responsable. « Mais ceux qui sont présents sont heureux de contribuer. Les autres gardent le lien, ils nous encouragent, demandes des nouvelles et nous envoient des dessins de leurs enfants. »

Même si bien souvent une dizaine de chambres seulement est occupée,  prendre soin  de ces clients un peu particuliers requiert une attention et une implication différente .

Quelques soirs, même certains membres du personnel de l’hôtel restent dormir, car trop fatigués ou habitant trop loin.  « On est devenus une maison d’hôtes », constate Sandrine Jouot avec tendresse.

Margot fabrique des masques de protection

D’autres Suresnois se mobilisent pour soutenir l’hôpital Foch. C’est par exemple le cas de Margot Frouin, agent de la Ville de Suresnes, à l’origine de l’auto-entreprise « Les cadeaux de Margot », qui propose des créations « zéro déchet » pour petits et grands. La jeune femme, qui a lancé son activité en octobre dernier, a confectionné une trentaine de masques de protection en tissu recyclé, dont elle a fait don aux équipes de l’hôpital Foch, à la Police municipale et aux commerçants de la ville. Passionnée de couture depuis la naissance de sa fille, elle a toujours été très sensible aux enjeux environnementaux et à l’écologie. La situation de crise sanitaire générée par le COVID-19 la pousse à réfléchir à ce qu’elle pourrait mettre en place à son échelle, pour faire acte de solidarité.

« C’est en discutant avec une amie infirmière et en surfant sur Instagram, que j’en ai eu l’idée.  Ces masques n’ont pas vocation à remplacer les masques FFPS, l’idéal serait que chaque personne en ait deux ou trois et prenne la responsabilité de les laver quotidiennement. Mais ils constituent une bonne solution à court terme. » explique-t-elle. Rapidement, les demandes affluent. « J’essaie de poursuivre la fabrication le week-end, pour aider au maximum » conclut Margot.

Un grand merci à toutes celles qui ont, comme Margot, confectionné plus de 150 masques en tissu : Sandra, Marie, Rachida, Jessica, Viviane, Denise, Safia et Cherine. Sans oublier les Suresnois qui ont fourni tissus et élastiques !

«Les poupées de Sandra», auto-entreprise proposant des poupées de qualité sur les réseaux sociaux, s’est elle aussi mobilisée en s’alliant à la page Facebook “Partages Suresnes”, pour fabriquer des masques en tissu à destination du personnel soignant et de la Croix-Rouge française. 

 

Romane Jentet ou les bienfaits du confinement

Confinement. Jour 3. En faisant son nettoyage de printemps un peu forcée, Romane Jentet, 20 ans, retrouve par hasard une centaine de masques de protection, vestiges d’un stage effectué à l’hôpital universitaire Robert Debré dans le cadre d’un BTS diététique. Après avoir visionné les informations, la jeune femme, désormais étudiante en école de commerce, décide d’en faire don. Ne sachant qui contacter auprès de la Ville pour les transmettre au personnel soignant, elle décide de poster un message sur la page Facebook « Tu sais que tu viens de Suresnes… ».

« Les gens ont été très réactifs, j’avoue que cela m’a impressionnée, » raconte celle qui pratique le triathlon et est arrivée 10e aux championnats de France d’athlétisme. En effet, Romane a reçu beaucoup de conseils de part et d’autre et a finalement confié les masques à une pharmacie proche de chez elle.

« Ce n’est pas grand-chose, mais compte tenu de la situation difficile et après avoir vu les témoignages du corps médical, je voulais me rendre utile ». Comme quoi, le ménage a toujours du bon.

 

Autre initiative : le Conseil national de l’Ordre des vétérinaires d’Ile-de-France à apporté son soutien en faisant don de 8 stéthoscopes neufs à l’hôpital Foch, le mardi 20 mars. ​

 

L’Hôpital Foch est l’hôpital de proximité pour tous les Suresnois.
Dans la crise sanitaire du Covid 19, tout son personnel est mobilisé avec un engagement admirable pour soigner les malades et préserver notre santé à tous.

Mais il doit débloquer de toute urgence davantage de moyen et dans cette épreuve exceptionnelle il lance une levée  de fonds exceptionnelle…

Si vous voulez aider l’Hôpital Foch, les soignants qui travaillent sans relâche et la recherche, chaque don comptera.

 

Partagez l'article :