CAMPUS RUGBY DU RCS

mai 2019

Évoluant depuis deux ans en Fédérale 1, le RCS a officialisé début avril la création d’un centre de formation à la hauteur de ses nouvelles ambitions.

“Le maintien de l’équipe première en Fédérale 1 nous impose d’évoluer si nous ne voulons pas reculer”, affirmait le Président du Rugby club Suresnois, Jean-Pierre Catherine, en fin de saison dernière, lors de la présentation du projet Elite du RCS conduit avec Laurent Piepszownik et Olivier Pouligny, deux hommes d’affaires passionnés de rugby apportant l’indispensable oxygène financier à l’ensemble du club pour lui permettre d’afficher de nouvelles ambitions. Un an après, le club a de nouveau assuré son maintien dans la plus haute division nationale du rugby amateur et vise à terme d’accéder au cran supérieur, la Pro D2. Cette évolution n’entame en rien l’esprit du club insufflé il y a 50 ans par son fondateur, Léon Dussert : donner la priorité à l’éducation des jeunes sur et en dehors des terrains. Hormis ses visées ascendantes, le projet du club consiste aussi à développer l’école de rugby et à créer un centre de formation alliant études et rugby afin d’alimenter les équipes Espoirs et Première avec des jeunes formés au club et rompus au style de jeu suresnois.

Un centre de formation attractif
Avec le soutien de la Ville de Suresnes, du Département des Hauts de-Seine et de Hauts-de-Seine Habitat, l’état-major du club s’est donné les moyens de permettre à de jeunes joueurs motivés d’accéder à un parcours d’excellence scolaire et sportive dès la rentrée de septembre 2019. Plus de 100 jeunes de 16 à 23 ans sont venus participer aux journées de détection au stade Jean Moulin courant mars. « Nous leur avons fait faire des exercices et des matches, avons filmé leurs prestations et retenu un peu plus de la moitié pour la deuxième étape. Ce sont tous de très bons joueurs de rugby », explique Philippe Bessière, pilote du bureau directeur du Campus Rugby de Suresnes au sein du RCS. Ils ont ensuite été reçus individuellement, certains avec leurs parents, pour parler scolarité, études, motivation. 41 jeunes ont finalement été choisis pour la première rentrée. « Une majorité était déjà licenciée au RCS mais certains viennent de tous les Hauts-de-Seine, de province et même un de Belgique. Parmi eux, deux filles», poursuit Philippe Bessière. « Nous voulons faire la démonstration qu’on peut jouer au rugby au plus haut niveau tout en poursuivant des études diplômantes, débouchant sur de vrais métiers. Nous avons donc choisi des partenaires scolaires et universitaires d’excellence», souligne le dirigeant. Les plus jeunes, encore lycéens, poursuivront leur scolarité au lycée Passy Buzenval de Rueil-Malmaison. Mais la grande majorité va rejoindre les autres établissements partenaires avec lesquels le club a signé des conventions d’aménagement d’horaires pour permettre aux sportifs de pratiquer 10 heures de rugby orientées sur la technique individuelle, le renforcement athlétique ou musculaire, en plus des entraînements collectifs en soirée avec leurs équipes respectives. Le panel va des études commerciales (Skema business school à la Défense), aux études d’ingénieur dans le secteur de l’énergie et du développement durable (Ensiate à Suresnes) ou à celles que propose la Sport Management School de La Défense. Des conventions qui permettent parfois d’obtenir les diplômes en une année de plus. À terme, tous ces joueurs alimenteront les équipes du RCS au plus haut niveau. « Contrairement à ce qui se pratique dans beaucoup de clubs qui vont chercher des mercenaires, nous voulons que notre équipe première soit composée de jeunes issus du club. Nous privilégions la formation », conclue Philippe Bessière.

Partagez l'article :