Une rentrée en confiance

septembre 2020

Si les mesures sanitaires ont été profondément assouplies par rapport aux quelques semaines de classe qui se sont tenues en juin, la pandémie hantait les esprits lors de la rentrée scolaire du 1er septembre. Et pourtant, c’est bien une nouvelle, réelle et complète année scolaire qui vient de débuter.

Textes : Stephane Legras. Photos : Benoit Moyen

Plus de 4 500 élèves ont investi les 18 écoles publiques de Suresnes le mardi 1er septembre. La veille, leurs enseignants effectuaient les derniers ajustements lors de la pré-rentrée afin de les accueillir au mieux. Evidemment, ce millésime 2020 est d’ores et déjà hors normes, contexte sanitaire oblige.

Les règles de distanciation et de protection ont été assouplies par rapport aux semaines de classe qui se sont tenues en juin mais demeurent l’élément clef de cette rentrée. D’ailleurs cette première reprise avait permis de tester le retour à l’école après le confinement, ce qui a apporté un peu de sérénité aux équipes de la Ville et aux enseignants pour cette reprise à grande échelle de septembre. Cela a permis de lever des craintes et de trouver des solutions. Et de réaliser que la nouvelle organisation était possible.

Ce qui n’empêche pas la vie « classique » des écoles de reprendre, où les élus de parents d’élèves et la Caisse des écoles jouent un rôle non négligeable et sur lesquels chaque parent a de l’influence. Autres faits
marquants de cette rentrée, les six fermetures de classe annoncées (la Ville en conteste deux) et les nombreux changements dans les directions d’écoles. La fin de l’année scolaire précédente ayant été tronquée, les stages de réussite ont été doublés pour rattraper au mieux les retards, malgré les efforts des enseignants pour assurer l’enseignement à distance. Enfin, les activités périscolaires et les accueils de loisirs ont eux aussi repris.

Protocole sanitaire allégé dans les établissements

Le nouveau protocole sanitaire, communiqué le 27 août par le ministère de l’Education, doit permettre que le retour en classe se passe (presque) normalement, et surtout en permanence avec tous les élèves.

Mi-août, Valérie Gaude, directrice du pôle Education de la Ville saute de dossier en dossier. Une rentrée cela se prépare en amont, d’autant que la crise sanitaire de la Covid-19 se poursuit et que la Ville s’est engagée, par exemple, à fournir du gel hydroalcoolique dans toutes les classes de la commune.
La Ville a donc été particulièrement vigilante sur les consommables pour qu’il n’y ait pas de pénurie. « Nous privilégions d’ailleurs le gel pour les adultes et le lavage des mains à l’eau et au savon pour les enfants, qui est moins agressif », précise Carine Durand, responsable du service Affaires scolaires.

✱ Un protocole assoupli

Le nouveau protocole sanitaire de l’Education nationale assouplit fortement les règles de distanciation, même si ces dispositions pourront changer en fonction de l’évolution du virus. Son objectif est de permettre la scolarisation de tous les enfants.
Les établissements et la Ville se sont donc organisés, sous la supervision de Valérie Neveu, inspectrice de l’Education nationale de la circonscription de Suresnes, pour que l’accueil de tous leurs élèves soit assuré dans les meilleures conditions. Dans les espaces clos (salles de classe, ateliers, bibliothèques, réfectoires, cantines, internats, etc.), la distanciation physique n’est plus obligatoire. Néanmoins, les espaces sont organisés de manière à maintenir la plus grande distance possible entre les élèves. Dans les espaces
extérieurs, la distanciation physique ne s’applique pas.

✱ Masques et gestes barrières

Seuls les élèves de collège et lycée doivent porter le masque de protection, dans les espaces clos et extérieurs, lors de leurs déplacements ainsi qu’en classe lorsque la distanciation d’un mètre ne peut être garantie et qu’ils sont placés face à face ou côte à côte. La Ville a décidé de remettre un masque en
tissu réutilisable à chaque élève d’élémentaire. Pour les personnels, à commencer par les enseignants, le port d’un masque « grand public » est obligatoire, de la maternelle au lycée.

La Ville fournit les serviettes en papier et les masques pour ses personnels (comme les Atsem et les animateurs) et l’Education nationale prend en charge les masques des enseignants. Toujours incontournables, les gestes barrières doivent être appliqués en permanence, partout, et par tout le monde.Comme en juin, les points de contact (poignées par exemple) sont désinfectés quotidiennement. A chaque récréation, les fenêtres sont ouvertes pour ventiler les classes.

✱ Pause méridienne

La limitation du brassage entre classes et groupes d’élèves n’est plus obligatoire, ce qui est très important pour la pause méridienne. « A Suresnes 88% des écoliers restent à l’école et fréquentent la restauration scolaire. En juin, les contraintes de distanciation et de limitation du brassage rendaient l’organisation très compliquée pour les directeurs d’animation », explique Valérie Gaude. A noter que les tables des réfectoires sont nettoyées et désinfectées après chaque service. Enfin, l’accès aux jeux, aux bancs et espaces collectifs extérieurs est autorisé avec la mise à disposition d’objets partagés (ballon, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons…) au sein d’une même classe ou d’un même groupe.

 

Département et Région : des masques pour les collégiens et les lycéens

Le Département des Hauts-de-Seine a décidé de donner aux 76 300 collégiens du territoire deux masques lavables et réutilisables. Ils ont été distribués fin août dans les établissements publics et privés afin que chaque élève puisse être équipé dès la rentrée. Le Département a par ailleurs installé des distributeurs de gel hydroalcoolique à pédale à l’entrée de chaque établissement. De son côté, la Région Ile-de-France a distribué deux masques lavables aux lycéens de son territoire.

Interview MURIEL RICHARD, première adjointe au maire, en charge de l’Education

Les familles ont retrouvé la confiance dans l’institution

Comment enseignants et personnels Ville ont-ils fait face à la crise sanitaire ?

Toutes les équipes se sont formidablement mobilisées depuis mars parfois même jusqu’à l’épuisement. Ils ont prouvé une fois encore que le service public n’était pas un vain mot. Dans les collèges aussi l’investissement a été très fort.

Je pense par exemple aux équipes d’Henri Sellier qui ont mené un travail considérable pour motiver les élèves. Je souhaite aussi adresser ma reconnaissance et un grand coup de chapeau à l’ensemble des agents de la Ville impliqués dans la gestion de la crise car ils ont été présents quel que soit leur rattachement d’origine pour permettre la réouverture des écoles dès le 14 mai dans le respect le plus strict des mesures sanitaires. En effet, si les personnels des écoles se sont naturellement mobilisés, l’ensemble des agents dont les activités étaient suspendues se sont volontairement retrouvés dans les écoles comme les chauffeurs de car ou les personnels de restauration que je remercie d’avoir été à nos côtés pour accueillir les enfants de la maternelle au CM2 avec un taux de présence approchant les 95% quelques jours avant la fin de l’année.

La preuve que les familles ont retrouvé la confiance dans l’institution et apprécié les mesures prises par la Ville. On ne peut pas parler de décrochage scolaire à Suresnes. En revanche, la Ville et son service jeunesse, l’Education nationale, mais aussi des associations, se sont mobilisés pour équiper des familles en matériel  informatique ou en tablettes.

Vous y voyez même un signe positif et un enjeu pour l’Education nationale…

Je veux en effet féliciter, une fois de plus, l’ensemble de la communauté éducative qui a su écrire une  nouvelle page de son histoire en adaptant l’école à la maison. C’est souvent dans les périodes inédites que les progrès sont les plus remarquables. Je tiens à remercier l’ensemble des enseignants de Suresnes qui
a su trouver de nouvelles méthodes de travail en procédant par expérimentation, grâce à ’accompagnement de l’inspectrice Valerie Neveu dont je tiens à saluer l’investissement sans faille aux côtés des enseignants et des familles. Les équipes proactives et volontaires ont permis au maximum d’enseignants de retrouver leurs marques pour continuer la transmission des savoirs et l’acquisition de compétences pour le plus grand nombre d’enfants. Dès le premier niveau, les apprentissages théoriques ont continué ! De nouvelles façons d’apprendre et de s’informer émergent chez les jeunes et nous devons accompagner ce mouvement en l’approfondissant, en le ramenant aux savoirs fondamentaux.

C’est à nouveau le protocole sanitaire qui est au cœur de cette rentrée ?

Oui, les nouvelles dispositions édictées permettent plus de choses et une utilisation complète des classes puisqu’il n’y a plus de distanciation sociale. Nous sommes bien sûr conscients que ces mesures peuvent évoluer. Par exemple sur le port du masque qui n’est pour l’instant pas obligatoire pour les enfants de moins de 11 ans, nous sommes tout de même prêts à couvrir les besoins dans un premier temps en cas de changement puisque nous en avons acheté un stock important.

Qu’en est-il du périscolaire ?

A ce, jour les centres de loisirs affichent presque complet. Pour les accueils du mercredi, il reste quelques places sur certains sites. Nous avons une quarantaine de demandes en attente. Nous devrions pouvoir y répondre assez vite cet automne. En effet nous observons chaque année des inscriptions de prudence, suivies de désinscriptions après le Forum des associations et la reprise des activités des clubs sportifs. Cela nous libère de la place. Nous sommes d’ailleurs à la disposition des clubs pour les accompagner dans la mise en place de mesures sanitaires dans leurs équipements et qu’ils puissent reprendre leurs activités même partiellement.

Comment cela se passe-t-il dans l’enseignement secondaire ?

La rentrée s’est déroulée normalement pour les lycées et les collèges de Suresnes avec port du masque  obligatoire. Département et Région ont distribué gratuitement des masques lavables pour les élèves et la Ville avait déjà doté en juin les collèges de lots de masques lavables et réutilisables. Nous allons rencontrer les proviseurs et les principaux pour les accompagner autant que possible.

Ça bouge dans les écoles

✱ Directions des écoles : le jeu des chaises musicales

En cette rentrée 2020, de nombreux changements sont intervenus à la tête des établissements suresnois du premier degré. A Henri Dunant, la directrice Sophie Laporte étant partie à la retraite, elle est remplacée par Claire Oudin qui était à la tête de Vaillant-Jaurès. Cette dernière y cède sa place à Emile Lebeslé qui officiait à la maternelle Vaillant, dont la nouvelle directrice est Stéphanie François. La directrice du groupe scolaire Honoré d’Estienne d’Orves, Michelle Chanet, partie à la retraite, est remplacée par Frédérique Raimbaud-Touraine. cette dernière était jusqu’à présent à la tête de l’école du Parc, où Janique Moreau lui succède.

Valérie Barbarre hérite de la direction du groupe scolaire Marcel Mouloudji, en lieu et place de Marie Lorenzo, qui a fait valoir ses droits à la retraite. Valérie Barbarre dirigeait jusqu’à présent l’école élémentaire Noor Inayat Khan, dite Madeleine, où elle est remplacée par une enseignante venue là
aussi d’une autre commune, Anne-Laure Neselrade.

Une enseignante de la maternelle des Raguidelles, Elisabeth Berthier, fera fonction de directrice à la suite du départ de Romain Joly. Enfin, dernier nouveau visage, on retrouve dorénavant Richard Le Bars à la tête de la maternelle Wilson qui succède à Cyrille Rodriguez.

✱ 4 517 écoliers à Suresnes

Avec 1 766 élèves en maternelle et 2 751 en élémentaire, les 18 écoles publiques de Suresnes accueillent en tout 4 517 enfants. Un chiffre en recul par rapport à l’année dernière (4 800). C’est une des raisons pour lesquelles l’Education nationale souhaite fermer cinq classes. Elles touchent les élémentaires Berty Albrecht, Marcel Mouloudji, Robert Pontillon et Raguidelles ainsi que la maternelle Simone Veil. Certaines fermetures sont contestées par la Ville qui a effectué un comptage à la rentrée.

L’inspection d’académie décidera du maintien ou non de la décision en fonction du comptage et de la moyenne d’écoliers par classe. La contestation pour l’école Honoré d’Estienne d’Orves s’explique notamment par le fait qu’elle a une moyenne de 32 enfants par classe (contre 26 de moyenne sur la ville en maternelle).

A l’inverse, on enregistre une ouverture de classe à la maternelle Noor Inayat Khan. Sur l’ensemble de la commune, la moyenne en élémentaire est de 25,6, ce qui est « très correct » selon le service Affaires scolaires. Particularité de quartier : c’est encore une fois à l’école Honoré d’Estienne d’Orves que la moyenne est la plus haute avec 27 enfants par classe. Ces données ont été établies alors que les inscriptions n’étaient pas terminées.

Périscolaire et accueils de loisirs : une rentrée teintée de nouveautés

Avec 250 places le matin et 1367 pour la journée, l’accueil de loisirs du mercredi est en augmentation sur certains centres (en fonction du taux de fréquentation observé l’an dernier).

Le centre des Landes ouvrira ses portes tous les mercredis pour y accueillir les enfants des Raguidelles et toutes les démarches sont dématérialisées via le portail citoyen toutsuresnes.fr : inscriptions scolaires, calcul du quotient familial pour le périscolaire et la restauration.

Trois nouveaux directeurs d’animation seront affectés pour cette rentrée aux centres Berty Albretch, Paul Pagès (directeur adjoint) et Vaillant Jaurès (directeur adjoint).

Les règles de l’accueil du mercredi, ont été modifiées depuis janvier. Les familles qui n’utilisent pas une place réservée sans l’avoir annulée sont majorées de 50%. La désinscription, possible, comme l’inscription, sur le Portail famille jusqu’à minuit le dimanche précédant le mercredi, est importante car elle permet de libérer des places. Les parents qui n’ont pas pu s’inscrire peuvent venir le mercredi à 9h et espérer qu’une place se soit libérée au dernier moment.

Les ateliers CEL sont maintenus dans chaque école élémentaire. Durant la pause du midi ou le soir (de 16h30 à 18h), 173 créneaux sont proposés et chaque trimestre 2 834 places sont ouvertes sur des thématiques aussi diverses que la cuisine, les sports, les arts, les échecs ou encore le secourisme. S’y ajoutent cette année : travaux manuels, atelier d’écriture, ateliers bois, scrapbooking, basketball et jeux de société. Ils sont encadrés par 13 agents communaux, 22 enseignants et 34 intervenants.

● Ces nouveautés font suite à un été lui aussi innovant. Pour répondre à la forte demande des familles, 16 868 places à la journée ont été ouvertes en centres de loisirs, soit 2 137 de plus qu’en 2019. Enfin, un accueil gratuit était proposé les aprèsmidis aux enfants qui ont fréquenté les deux stages de réussite
d’une semaine. Sans oublier les colo apprenantes.

Vacances studieuses

Seize enfants de l’école Berty Albrecht ont suivi un stage de réussite éducative du 24 au 28 août. Ici, 10 CE1 révisent les mathématiques avec Camille Lourenço, qui s’était déjà portée volontaire pendant le confinement pour accueillir des enfants de personnels soignants. Un autre stage d’une semaine s’était déroulé début juillet. Cent quatorze jeunes Suresnois auront bénéficié de ce dispositif et ont donc pu préparer leur rentrée en reprenant les bases.

Caisse des ecoles : investissez-vous !

Toute personne intéressée par l’action éducative en général et par les activités péri et extrascolaires en particulier peut adhérer à la Caisse des écoles (le montant minimum de l’adhésion est de 4€). La Ville, qui a confié à cet établissement public administratif communal la gestion éducative des restaurants scolaires,
des centres d’accueil et de loisirs, des classes d’environnement, des ateliers CEL, des études et des centres de vacances mais aussi la gestion administrative du programme de réussite éducative, souhaite augmenter la proportion de représentants de la société civile en son sein.

L’adhésion donne la possibilité de participer à l’assemblée générale annuelle, de bénéficier d’une information détaillée sur les activités de la Caisse des écoles, ainsi que de pouvoir élire les adhérents qui représentent les sociétaires au conseil d’administration.

Elle offre également la possibilité, après une période d’adhésion d’un an, de se présenter à cette élection afin de devenir soi-même administrateur de la Caisse en s’impliquant dans l’éducation des jeunes Suresnois au travers des 4 commissions : restauration scolaire, activités culturelles, sportives et
artistiques, classe d’environnement, centre de loisirs.

Bulletin d’adhésion sur suresnes.fr ou dans le guide scolaire édité par la Ville.

Elections des parents d’élèves

Les élections des représentants des parents d’élèves auront lieu selon le choix de chaque établissement, primaire et secondaire, le vendredi 9 ou le samedi 10 octobre. Cela n’a rien d’anecdotique puisque les parents d’élèves élus représentent l’ensemble des parents dans les différentes instances des établissements scolaires (conseil d’école, conseil d’administration…).

Ils sont un relais d’information auprès des familles et sont régulièrement impliqués dans les activités organisées par les écoles (kermesses, séjours…). Ainsi participent-ils pleinement à la réussite de la scolarité des élèves. Les modalités de vote seront soumises aux directives sanitaires.

Partagez l'article :