PIECES DE CHOIX POUR “SURESNES SUR SCENE”

février 2020

Suresnes sur scène, festival de théâtre amateur, investit la salle des fêtes du 25 février au 1er mars. Pour sa 23e édition, trois séances hors les murs sont également programmées.

La vie est un théâtre, et inversement. Quel que soit le style adopté, du vaudeville au drame, il s’agit toujours de parler de nous, de la société, de la puissance des sentiments ou de la cocasserie des situations. La 23e édition de Suresnes sur scène, festival de théâtre amateur organisé par la ville de Suresnes, en sera une fois encore la parfaite illustration. Du 25 février au 1er mars à la salle des fêtes, les 10 spectacles programmés proposeront un large panorama de ce que l’art de la scène peut offrir. Des larmes, des rires, des quiproquos, des réflexions, pour tout dire, du plaisir, que le festival offre au plus grand nombre. Que l’on soit habitué des théâtres ou non, il y a forcément quelque chose qui nous correspond dans ces propositions à l’éclectisme affirmé. Les dix troupes, essentiellement de Suresnes et des communes avoisinantes, proposent en effet un mélange de pièces classiques, modernes ou intemporelles, des comédies, des vaudevilles, mais aussi des créations originales. Familial et innovant, le festival rassemble une centaine de comédiens. Quant aux tarifs, ils sont tout doux (3 euros le spectacle) et il y a même des forfaits avantageux pour 2 ou 3 spectacles.

Pour l’ouverture, le 25 février, on retrouve la troupe de Suresnes impro. On ne change pas une équipe qui gagne. Leur match d’impro, orchestré par le professeur d’art dramatique du conservatoire de Suresnes, Vincent Tribout, est chaque année un succès et offre une entrée en matière festive. L’idée étant aussi de rendre le théâtre accessible au plus grand nombre, des spectacles hors les murs sont intégrés à la programmation depuis quelques éditions. On en comptera trois cette année, parfois dans des lieux insolites comme à la Maison de parents Ferdinand Foch mais aussi à la Maison de quartier des Chênes et à la résidence autonimie Locarno. C’est en tout cas la possibilité pour ceux qui ne peuvent se déplacer jusqu’à la salle des fêtes de bénéficier de la puissance émotionnelle du spectacle vivant. Au fil des ans, le festival s’est aussi construit une solide réputation auprès des compagnies qui louent son esprit convivial, l’équipe et la qualité de la salle, puisqu’elles n’hésitent pas à aller voir les spectacles de leurs petits camarades. Cette année, la Ville a même reçu 28 candidatures. Le succès ne se dément pas non plus côté public. Les deux dernières années plus de 800 spectateurs ont donné à ce festival du théâtre amateur des airs de mini off d’Avignon.

◗ Du mardi 25 février au dimanche 1er mars inclus ◗ 10 spectacles à la salle des fêtes (2 rue Carnot) ◗ 3 € le spectacle ◗ Pass 2 spectacles : 5 € ◗ Pass 3 spectacles : 7 € ◗ 3 spectacles hors les murs (gratuits) ◗ Programmation détaillée sur suresnes.fr et dans la plaquette disponible dans les accueils municipaux.

SPECTACLES A LA SALLE DES FETES

Match d’improvisation en ouverture du festival par Suresnes Impro & Friends (APEA). Direction artistique : Vincent Tribout
Mardi 25 février à 19h45
Une nuit capitale par la compagnie Le Trille blanc (Rueil-Malmaison) Mise en scène : Dominique Chivot
Mercredi 26 février à 20h
L’amour sur un plateau par la compagnie Bella Perroucha (Boulogne-Billancourt) Mise en scène : Marilyn Doumeng
Jeudi 27 février à 20h
La réunification des deux Corées par le Club Longchamp (Suresnes) Mise en scène : Armelle Gouget-Puyuelo
Vendredi 28 février à 20h
Fric-Frac par la compagnie Une dizaine d’eux du CE de Dassault systèmes (Vélizy) Mise en scène : Anne Vassallo
Samedi 29 février à 15h
Respire par la compagnie de La lampe à huile (Paris) Mise en scène : Marion Baïle
Samedi 29 février à 17h30
Les Rustres par la compagnie Théâtre, humour et tragédie (Suresnes) Mise en scène : Jérôme Prévost
Samedi 29 février à 20h30
Et si on (dé)montait Don Juan ? par Le Théâtre du bout du monde (Nanterre) Mise en scène : Miguel Borras
Dimanche 1er mars à 11h
Douze hommes en colère par la compagnie Les Entreparleurs (Suresnes) Mise en scène : Marc Stojanovic
Dimanche 1er mars à 15h
Un doigt de Madère par la compagnie Roxane (Franconville) Mise en scène : Olivier Besse assisté de Corinne Le Scour
Dimanche 1er mars à 17h30

SPECTACLES HORS LES MURS
(sur pré-inscription dans les structures concernées)
Match d’improvisation par Suresnes Impro à la maison de quartier des Chênes (5 rue Louis René Nougier)
Samedi 29 février à 11h
À l’issue du spectacle, un déjeuner partagé permettra aux spectateurs de rencontrer les comédiens.
L’amour sur un plateau par la Compagnie Bella Perroucha à la résidence autonomie Locarno (15 rue de Locarno)
Samedi 29 février à 10h30
Respire par la compagnie La lampe à huile à la Maison de parents Ferdinand Foch (36 bis avenue Franklin Roosevelt)
Samedi 29 février à 11 h

Cliquez sur une image pour visionner la galerie en entière.

Le vent en troupes

« Nous avions présenté Songe d’une nuit d’été l’an passé et cela s’était si bien passé que nous souhaitions revenir en 2020 ». Une dizaine d’eux, une des deux troupes de la section théâtre du comité d’entreprise de Dassault systèmes située à Vélizy, participera donc à la 23e édition de Suresnes sur scène. Après Shakespeare, ils changent franchement de registre puisque c’est la pièce Fric-Frac, d’Édouard Bourdet, qu’ils présenteront le 29 février à 15h. La comédie, rendue célèbre par son adaptation au cinéma avec Fernandel et Arletty, repose sur la naïveté de Marcel qui tombe amoureux de Loulou alors que celle-ci, prostituée, ne fait usage de ses charmes que pour faciliter un cambriolage dans la bijouterie où il travaille. Le grisbi devant aider à la sortie de prison du compagnon de la dame. Sur scène, l’argot parisien fait merveille et plonge dans un passé interlope.

« Nous avions été très bien accueillis lors de la précédente édition de Suresnes sur scène et les conditions de répétition et de jeu sont très bonnes », salue David Morisot, un des comédiens D’une dizaine d’eux. D’où la volonté de la compagnie, qui se retrouve 2 h par semaine, de rempiler. Cerise sur le gâteau, David apprécie de pouvoir « voir d’autres spectacles, très variés, et de pouvoir échanger avec les autres compagnies au cours de la semaine. » C’est d’ailleurs une des spécificités du festival qui permet à ses participants d’assister gratuitement aux autres spectacles… Et pour la petite histoire, il y a quelques années, Dassault systèmes qui y était née, était encore située à Suresnes… Cela crée des liens.

Partagez l'article :