Covid 19: le Centre médico municipal sur le front

mars 2020

  • Agir
  • Actus
  • Covid 19: le Centre médico municipal sur le front

Identifié ‘Centre de consultations Covid ” par l’Agence régionale de santé, le Centre médical municipal Raymond Burgos reste ouvert, se concentre sur les cas d’urgence, privilégie les consultations par téléphone, vient en appui d’autres structures de la Ville et agit en collaboration avec l’hôpital Foch. De nombreux dispositifs de soutien psychologique aux habitants sont également mis en place.

Texte : Stéphane Legras

Eviter les contacts directs, soulager au mieux les hôpitaux et les services d’urgence : chacun a son rôle à jouer. Identifié ‘Centre de consultations Covid ”  par l’Agence régionale de santé, le Centre médical municipal Raymond, lBurgos de Suresnes (CMM) est un des acteurs en première ligne. « Dès le début de la crise sanitaire, la Ville s’est impliquée, notamment en réorganisant l’accueil du CMM en privilégiant notamment les consultations par téléphone », rappelle Nassera Hamza, adjointe en charge de la Politique de santé. Dès lors, les consultations non urgentes ont été arrêtées.

« Mais nos médecins sont là pour les situations présentant un caractère d’urgence et surtout pour des consultations téléphoniques », explique Clémence Cornier, chef de service du Centre médical. Pour toute pathologie qui n’aurait pas de caractère d’urgence (qu’il s’agisse ou non des symptômes de Covid-19), l’équipe du CMM recommande de ne pas se déplacer mais d’appeler son médecin traitant.

Si l’on n’en a pas, ou si justement il consulte au CMM, on peut appeler le Centre Burgos (tél. : 01 85 90 79 13, l’accueil du Centre est ouvert de 9h à 12h et de 13h30 à 17h du lundi au samedi matin). L’équipe donnera alors un avis médical par téléphone. « Nous ne laissons bien sûr personne sur le bord du chemin, sans avis médical, et répondons à toute demande », assure Clémence Cornier.

En appui de l’hôpital Foch

Par ailleurs le recours aux services d’urgence, en les appelant ou en s’y déplaçant, doit bien être l’exception. « Tout ce que nous avons mis en place doit y concourir », confirme-t-elle. « Nous sommes par ailleurs en lien avec l’hôpital Foch pour la gestion de tout ce que nous appelons la bobologie, qui ne relève pas du Covid-19 », ajoute Nassera Hamza. La maison de santé des Chênes, un réseau de santé et des professionnels libéraux sont également associés, notamment pour le suivi de cas peu graves de Coronavirus.

Au CMM, un parcours spécifique et isolé avec une salle d’attente réservée a par ailleurs été mis en place pour accueillir les personnes qui seraient néanmoins amenées à se rendre au centre et présenteraient des symptômes du Covid-19. Elles seront orientées par l’infirmière d’accueil, qui comme tous les praticiens exerçant au CMM est équipée de masques de protection.

Le CMM vient également en appui du Centre communal d’action sociale pour les personnes fragiles. « Nous avons établi un questionnaire commun d’évaluation de l’état de santé. Si les équipes du CCAS repèrent des difficultés médicales auprès des personnes fragiles qu’elles accompagnent, elles prennent contact avec l’équipe médicale du CMM pour avis et orientation si besoin. Le même protocole est mis en place avec les infirmières de la crèche de la Ville ouverte pour les enfants de personnels soignants », détaille Clémence Cornier.

Soutien aux habitants

De son côté, face à la crise sanitaire et à la situation de confinement, le service Prévention en santé et soutien aux habitants de la Ville s’est lui aussi réorganisé et propose plusieurs possibilités d’accompagnement aux Suresnois. « Les actions proposées reposent sur un réseau fort de professionnels et de bénévoles impliqués quotidiennement auprès des habitants », rappelle Jennifer Krief, la chef du service.

L’accueil Ecoute cancer, les Alizés qui accueille habituellement les personnes atteintes de cancer et leur entourage pour des moments conviviaux et différents ateliers de soutien et d’accompagnement est fermé. Mais l’équipe des bénévoles est mobilisée pour téléphoner régulièrement aux « Alizéens ». La psychologue qui reçoit habituellement en entretien individuel mène ces entretiens par téléphone. Les personnes confrontées à cette maladie qui ne sont pas inscrites aux Alizés ont la possibilité de contacter la structure par téléphone et d’être mis en relation avec les bénévoles ou la psychologue (tél. : 01 41 18 18 03).

La Maison des aidants, structure dédiée au soutien des aidants familiaux qui propose des ateliers de répit est également fermée. Mais là aussi, les aidants inscrits sont contactés par l’équipe du service prévention. Ceux qui devaient rencontrer la psychologue peuvent avoir des entretiens téléphoniques avec elle. Comme pour les Alizés, les aidants familiaux qui ne seraient pas inscrits mais qui souhaiteraient être accompagnés actuellement peuvent contacter la structure par téléphone (tél. : 01 41 18 15 39)

En ce qui concerne le soutien à la parentalité et pendant la période de confinement, les parents d’enfants peuvent être contactés par l’Espace des parents qui leur proposera des entretiens téléphoniques avec ses professionnels pour écouter et échanger autour des questions qu’ils peuvent se poser : comment rassurer les enfants ? que dire ? comment gérer le confinement ? quelles activités proposer ? comment organiser la journée ? Si les parents le souhaitent, ils peuvent aussi être mis en relation avec les psychologues des crèches de la Ville, mobilisées exceptionnellement dans ce cadre. Pour être recontactés, ils doivent envoyer un mail en indiquant leurs nom, prénom et numéro de téléphone (caboufaissal@ville-suresnes.fr).

Cellule de soutien psychologique

« A travers son Conseil local en santé mentale, la Ville est aussi engagée depuis de nombreuses année sur la thématique de la santé mentale afin de favoriser le bien-être de tous et d’accompagner ceux qui en ont besoin à travers par exemple les Points écoute jeunes et les permanences des Psys du coeur. Face à la situation actuelle, une cellule de soutien psychologique a été créée », complète Jennifer Krief. Elle peut en effet entraîner chez chacun d’entre nous de nombreuses difficultés : mal être, stress, angoisses, isolement, inquiétude pour des proches, surmenage professionnel des soignants, troubles du sommeil…

La cellule est donc ouverte à tous, des psychologues cliniciens assurent des entretiens téléphoniques auprès de toutes les personnes qui en feront la demande (pour être recontacté, envoyer un mail en indiquant ses nom, prénom et numéro de téléphone à jkrief@ville-suresnes.fr ou téléphoner au 01 85 90 79 13). Enfin les personnes ayant l’habitude de rencontrer l’équipe des Psys du cœur et les jeunes fréquentant les Points écoute jeunes seront mis en relation avec les professionnels qu’ils connaissent pour des entretiens téléphoniques dès lors que la demande sera précisée dans leur mail.

«Je savais que je pourrais être confrontée à une telle situation»

 Le point de vue d’une infirmière du CMM.

« De part notre métier, nous sommes habitués aux mesures d’hygiène et de protection. Dans ces circonstances c’est naturel de les renforcer, en portant des masques notamment. Nous veillons à ce qu’il n’y ait pas trop de patients dans les salles d’attente et que les distances de séparation soient respectées. Nous organisons le parcours des patients pour qu’ils ne se mélangent pas. Un cabinet de consultation est par exemple réservé au personnes qui seraient suspectées d’être touchées par le Covid-19.

Nous nous concentrons par ailleurs sur les urgences. Notre travail est en cette période totalement différent mais cela fait partie de notre profession. C’est normal. Quand je faisais mes études d’infirmière, je savais que je pourrais être confrontée à une telle situation. Ce qui ne m’empêche pas de me soucier de mes proches et de prendre, encore une fois, toutes les mesures nécessaires pour les protéger eux aussi. »

Partagez l'article :